Les 11 applications Iphone que j’utilise le plus

Comme @jegoun nous a posé la question sur son blog …





1. Echofon : je suis accro au site de micro blogging Twitter. J’ai d’ailleurs écris un article dessus sur Le Post.fr : j’habite à twitterland.  J’utilise comme interface client mobile l’application Echofon que je trouve très pratique pour RT avec commentaire, ce dont j’use et abuse toute la journée 😉

2. Facebook : j’ai le client mobile Facebook depuis que j’ai un Iphone, je lis surtout les messages et les notifications car le reste c’est pour moi ingérable lorsqu’on a beaucoup d’amis.

3. Instragram : l’appli photo qui a connu une évolution majeure cette semaine (voir mon précédent article sur les applis photos). J’adore voyager en images avec elle et aller voir ce que postent les amis. Warning : 3G indispensable.

4. Google+ : j’utilise pour aller voir qui m’a postée un message ou qui m’a ajoutée dans ses cercles. Pour le reste c’est trop lourd tout comme FB.
5. Blogger : pour poster de courts articles sur mon blog web accompagnés de photos. C’est très simple d’utilisation 

6. Lampe : pour y voir clair dans le noir c’est très utile ! Aussi simple qu’appuyer sur un bouton.

7. Tetris : un jeu que j’ai connu toute petite sur PC. J’aime parfois me vider la tête en empilant des Tétriminos.

8. SlovoEd : dictionnaire anglais/français pour trouver la traduction des mots que je ne connais pas dans les articles du net ou dans les mails reçus au boulot

9. TV d’Orange : j’ai 60 chaînes dans mon forfait. Ça peut servir lorsque je veux suivre un évènement important au boulot car j’ai accès à rien sur mon PC.

10. ICoyote : je l’utilise dès que je fais un voyage en voiture pour éviter les ennuis.

11. ePresse : pour acheter les journaux au numéro surtout lorsque ma candidate préférée est en une 😉

Militer sur le web

Comme beaucoup d’autres, je milite aujourd’hui sur le net. J’ai d’ailleurs un blog spécifique pour cela mais aussi de nombreux comptes sur les journaux en ligne et médias sociaux (cherchez le papillon mauve).

Voilà déjà deux ans que je suis passée au 2.0 sur le web. J’ai commencé par un blog de déco mais très vite, j’ai eu envie de dire autre chose que comment utiliser la colle pour le « serviettage ».

Outre la constitution d’une solide liste d’amis sur facebook, j’ai aussi écrit des articles sur Lepost.fr.  Très vite, après un mémorable commentaire supprimé où je ne faisais que seulement critiquer « les nègres de Sarkozy comme Guiano », j’ai pris la décision d’ouvrir un blog politique. C’était une façon pour moi de pouvoir disposer de plus de libertés dans l’écriture bien loin des robots modérateurs des médias on line.

Etant donnée ma faible disponibilité (eh oui je travaille même si cela ne se voit pas ;-)), j’ai décidé de n’écrire que sur Twitter et de ne produire qu’un article de blog par semaine. Mes com’ sur Twitter sont affichées en parallèle sur mon compte Facebook grâce à une fonctionnalité récente de Twitter. Et mes articles de blog sont diffusés à chaque fois sur Twitter, Facebook et Google+.

C’est tout de même un sacré boulot !

Ainsi, tous les jours, je me lève à 5h00 et fait le tour des infos et messages de la nuit. Je retweete les trucs les plus intéressants puis je vais consulter les blogs des « zinfluents » et laisse ça et là quelques commentaires. Après, je regarde la liste des TT (trending topics de twitter) et si j’en vois un avec lequel je peux faire de la pub pour mon team, je l’utilise.

Après, tout le long de la journée et dès que je peux faire une pause où lorsque j’ai une réunion à rallonge, j’utilise mon iphone pour tweeter. Je rajoute toujours à la fin un hashtag (débutant par #) aux couleurs de mon obédience. Je remets ça le soir une fois que devoirs,bouffe,vaisselle sont terminés. Mais, je me limite volontairement dans le temps passé, sinon ça râle (fort) chez moi.

J’essaie (oui ce n’est pas tous les jours facile) de mettre de l’humour dans mes tweets car une campagne électorale, c’est joyeux. C’est comme une grande fête de la démocratie. Et puis, avec mes amis, l’ambiance est très sympa. On se comprend sans se voir. Nul besoin de directives entre nous, chacun mène sa partition comme il l’entend. Les conseils sont implicites, dans la copie de ceux qui nous on précédé dans l’exercice depuis des années.

Personnellement, j’ai choisi de suivre beaucoup de journalistes, journaux, comptes agrégateurs d’infos, blogueurs ce qui fait que j’ai beaucoup de matière à ma disposition pour commenter ou retweeter en ajoutant un commentaire.

J’échange aussi de plus en plus avec mes petits camarades et avec les soutiens des autres teams. Je vais rarement jusqu’au tweet clash mais, je ne me laisse pas faire pour autant. Je suis comme ça IRL, pas de raison d’être une femmelette sur le web !

Pour l’instant, je me régale dans l’exercice. Je ne sais pas si cela va durer au delà de la prochaine élection. Néanmoins, cela me donne une raison d’écrire et me donne l’illusion d’être utile.

Alors, vive la politique sur le WEB !

La fille du net

Il y a un peu plus de deux ans, j’étais un autre dans ce monde.

J’avais 18 ans. Je venais d’avoir mon bac S. J’aimais le rock, les rousses et la geek attitude.

Je la rencontrai au détour d’un commentaire posé sur l’un de ses posts.  Elle aimait mon humour, j’aimais son « klout » (enfin un truc de score qui lui ressemblait).

Elle était compliquée, malade, coquine, seule et fut rousse.

Elle avait un avatar de victime, j’avais la tête d’un beau gosse.

Je voulais la sauver du côté sombre du net. Elle s’y complaisait.

J’ai croisé bien des pseudos depuis mais, je me souviens encore du sien. Il sonnait comme la rayure d’un diamant sur du verre.

J’ai lu tant de voix mais, je me rappelle encore la sienne et la douceur du rire de ses émoticones.

Nos mots se sont croisés, les liens se sont tissés. La complicité virtuelle s’est créée.

Mais, une plaisanterie de trop plus loin et elle me haïssait.

Je n’ai rien compris et nul n’a cru mes mots d’excuse dans le vide froid de la toile.

Au final, je n’étais sans doute pour elle qu’un névrosé trentenaire au bord du divorce.

Elle n’était pour moi que l’héroïne ambiguë d’un « Tout sur ma mère » à la sauce WEB.

Quand trop de mensonges et d’imagination tuent la confiance.

L’amitié dans ce monde ci est aussi solide qu’un souffle de brise.

Elle s’est évanouie à la vitesse d’un clic.

Mon Iphone et moi : les app photo

Cette année, ma boîte a organisé un concours photo. C’est pour améliorer la convivialité qu’ils disent. Le thème c’est « les voyages », premier prix un sac de voyage aux armes de la société (très seyant).
Oui bon, étant manager, il m’a bien fallu participer à cette connerie initiative.

Cependant, comme je ne me sépare J A M A I S de mon Iphone, pas question pour moi de concourir avec un NIKON ou un CANON. Et  puis c’était une bonne excuse pour passer mon temps en vacances avec mon joujou favori :
Mon mari :
-« Djoul, qu’est-ce que tu fous encore avec cet engin de malheur ? »
Moi qui répondait à chaque fois :
-« c’est rien chéri, tu sais bien qu’il faut que je participe à cette saloperie de concours photo ».

Eh oui, des fois qu’on dise que je suis une mauvaise manager, et que du coup on me coupe le bonus, la rému et j’en passe. Et après, plus possible de lui acheter le dernier outil de jardin à la mode de chez Casto (je sais appuyer là où ça fait mal).

Bref me voilà passant tout l’été accro aux applications photo de l’Iphone (et dévalisant par la même occasion l’app store d’Apple) :

Je citerai en premier lieu, la meilleure pour moi, celle dont je suis devenue une vraie mordue (pas autant que Twitter mais presque) je veux parler bien entendu d’ Instagram. Non seulement une app mais aussi un véritable réseau social où l’on se parle en images avec ses abonnés du monde entier. Dotée d’une quinzaine de filtres sympas, elle vous permet de relooker vos ratages et d’en faire de véritable photos d’art (enfin là, j’exagère un peu). L’intérêt de cette application pour moi, c’est qu’elle me permet de faire le tour de la terre en photo. Facile aussi de voir ses photos sur son PC ou Mac avec Webstagram. Vous pourrez aussi en partager certaines sur Twitter (mais avec modération) depuis l’app, comme moi avec celle là :

PicFrame : vous voulez réaliser de jolies cartes postales comme celles que nous transmet @sandrinecamus tous les matins, utiliser cette appli. C’est d’une utilisation simplissime. En quelques clics vous aurez ça :

ColorSplash : Vous aimez les photos ou les touches de couleur se détachent sur un fond noir et blanc ? Alors cette app est pour vous. Rien qu’avec vos petits doigts agiles pour pourrez obtenir ça : 




Hisptamatic : permet de produire de sublimes photos vintage avec beaucoup de caractère dans les tons verdâtres. Un peu énervant tout de même : le temps d’attente pour voir la photo.

Genius : je n’ai pas encore exploré toutes les fonctionnalités de cette app mais, ce que j’ai trouvé intéressant c’est la capacité à prendre 3 photos décalées dans le temps d’un même évènement. Cela donne des photos prises sur le vif très amusantes lorsque les sujets sont en mouvement (peu pas mettre d’exemple là, je n’ai que mon mari tombant dans la piscine et je ne suis pas certaine qu’il apprécierait).

Photovision : les filtres d’Instagram ne vous suffisent pas, utilisez cette app.  Il y en a près de 200 et ensuite partagez les sur les réseaux sociaux (interfaces intégrées). De quoi sublimer vos photos banales comme celle-là :

OldBooth+ : pour le fun, vous saurez comment j’ai réalisé ma photo de blonde des années 80 pour Google+ 😉

A éviter d’urgence : Photowords : une daube avec laquelle je n’ai jamais réussi à sortir un truc correct

Alors, à vos téléchargements ! La photo c’est facile et c’est un vrai plaisir avec son Iphone.