Pinterest ça vous intéresse ?

Bon voilà, j’ai testé Pinterest. Après tout le monde et alors que c’est peut-être déjà la fin…

Oui, moi aussi, j’ai créé mes « boards » et collé plein de photos dedans (« pins »). C’était comme si je recréais virtuellement la déco des murs de ma chambre d’ado : affiches de films cultes, images de beaux gosses inaccessibles et d’actrices irréelles.

L’idée étant de parler de soi au travers d’un échange de photos. La différence avec Instagram par exemple c’est qu’au lieu de partager vos photos maison, vous partagez celles des autres. Donc, cela a un côté plus froid et impersonnel.

Après plusieurs semaines d’utilisation, l’outil paraît sympa mais on a vite l’impression de tourner en rond.

Ce que j’ai apprécié :

J’ai bien aimé le côté « je te pique tes photos et je les recolle chez moi » tout en laissant une trace de l’origine (« Repin »).

La présentation des photos dans les « boards » qui fait plus album que dans d’autres réseaux sociaux. On peut imaginer, à l’avenir, pouvoir disposer de patterns pour pouvoir customiser tout ça du genre scrapbooking.

Le côté sélectif de ce qu’on peut suivre (follow). Ainsi, vous n’êtes pas obligés de suivre toute l’activité de quelqu’un mais seulement ce qui vous intéresse. Vous pouvez donc devenir un follower d’un board « photography » et éviter les photos du mariage de Tata Germaine.

Comme avec Instagram, le côté échanges avec le monde entier : la photo voyage mieux que les mots.

Ce que j’ai moins aimé :

L’interface client sur IPHONE qui ressemble beaucoup à celle d’Instagram, les filtres photos en moins.

Ne pas pouvoir récupérer ses followers de Twitter, l’outil ne proposant qu’une interface avec Facebook. De ce fait, le nombre de followers reste modeste même en partageant régulièrement.

Les interactions sont aussi très limitées puisqu’elles se situent uniquement via les commentaires. C’est dommage pour un réseau social.

L’outil ne propose pas de followers compatibles avec vos centres d’intérêt au delà de la phase initiale.

A vous maintenant de vous faire une idée, si ça vous intéresse.

Web de l’ennui

Je surfe dans ce train de nuit pour éviter l’ennui.
La 3G s’abandonne en Edge et les mots s’enfuient sans bruit.
Je twitte trop vite et j’hésite.
Je n’évite pas la frime et je trime pour les rimes.
 Le temps est moins long au fond
 dans ce wagon.