Requiem

Moi et le musicos, c’était la fin. Une fin bien glauque et triste. Une rupture violente.

J’avais toujours raté mes ruptures, celle ci ne dépareillerait pas la série. Les ruptures étaient des échecs et ce dernier mot n’entrait pas dans mon vocabulaire. J’avais pourtant tenu plus que de raison. Mais, ses indisponibilités répétées étaient juste insupportables pour moi. D’autant qu’il ne faisait rien pour me rassurer. Incapable de me donner des rendez-vous clairs dans le temps. Ne pouvant non plus les tenir lorsqu’il en avait promis. Confrontée à mon défaut d’impatience et à mes exigences d’attention whore, la situation devint rapidement  bouillante.

Le musicos , au delà de ses qualités, de sa sensibilité et de son intelligence , était avant tout un homme marié, avec un travail prenant et une passion dévorante pour la musique. Sa vie était déjà bien remplie. Je n’étais qu’une goutte d’eau dans ses journées. Juste le temps qu’il lui restait pour faire vagabonder ses fantasmes sur les réseaux.

tumblr_ol93c4iQkQ1u578vho1_540

A la longue, je pris cette indisponibilité pour de la froideur et un manque de respect. Je me faisais l’effet d’être une sorte de sex toy qu’il prenait et rangeait dans un coin lorsqu’il n’en avait plus besoin. Il ne pouvait m’offrir ce que j’attendais. J’avais besoin d’échanges et d’attention. J’avais besoin d’une présence forte à mes côtés. Pas d’un passager. Pas d’un passant.

Ce jour là, la journée numérique avait déjà mal commencé. Il avait publié à mon attention une photo de « Passive Agressive » un titre de Placebo. Au delà du groupe que nous adorions tous les deux, le titre m’interpela. Je savais qu’il l’avait choisi à dessein. Pour me piquer après mes derniers messages pas toujours flatteurs pour lui. Il cherchait à en sortir d’une manière ou d’une autre. A sortir de cette histoire devenue pesante et sans intérêt pour lui.

tumblr_p1e1yaiPRH1rreqavo1_540

De mon côté, lasse et piquée au vif, j’attaquai les hostilités via un message de rupture assez brutal. Une telle missive ne pouvait que lui faire perdre tout sens de la mesure et l’obliger à l’escalade. Un combat de domination, de pouvoir s’engagea alors. Ego contre Ego. Dominant contre dominante. Nos incompatibilités, que j’avais voulu occulter, revenaient au galop. Ma complexité n’avait plus sa place dans ses simples besoins de sexe.

Si nous avions pu la vivre In Real Life, cette rupture aurait été encore plus violente. Il aurait débarqué chez moi en furie, son ego blessé par les messages de mes amis évoquant son mauvais comportement avec moi. Me balançant mes erreurs passées, mes petits mensonges de coquetterie. Oubliant dans l’affaire qu’il ne m’avait pas dit tout de suite qu’il était marié.

Nos mots auraient alors grimpés dans les aigus.

images_list-r4x3w1000-58374e50ec47e-eva-green-en-james-bond

Lui : «  Tu as déjà osé dire que je te manquais de respect, c’est bien que tu ne me connais pas, le respect j’en ai tellement que ça me gêne dans ma vie. Tu es celle qui me manque de respect, en me faisant passer pour un mec froid, profiteur. »
Moi : «  C’est ce que je ressens. Et commence déjà par moins respecter ta femme et encule la bien profond, si c’est tout ce qui te manque dans la vie ! »
Alors que je vomirais déjà mes propres mots qui ne me ressemblaient pas, une gifle magistrale m’aurait alors fait chuter au pied du canapé.
Lui regretterait déjà son geste : «  Je te suis toxique bien malgré moi Julia »
Episode 309
Moi bondissant en mode Kill Bill sur le canapé pour être à la hauteur de ses 1m 87  et lui enserrant brutalement le cou avec une prise digne d’un soldat des forces spéciales. Lui incapable de retirer cette main qui l’étouffe et le paralyse. Moi plongeant mon regard noir de sorcière dans ses yeux verts de démon. Lui glissant peu à peu jusqu’à tomber à genoux au sol. Moi me satisfaisant de cette image, puis le relâchant.  Lui filant ensuite sans demander son reste.
Oui, cela aurait eu de la gueule cette rupture de dominants.
DVp4IyFW0AA2env
Quand je t’avais dit que j’avais un T-Shirt Ramones noir. Photo : Julia Vernier 2018.
Dans ma réalité, il a juste pris la fuite. Et moi, en grande lady, je l’ai remercié. Parce que mon histoire avec lui m’aura faite avancer dans ma quête. M’aura permis de faire un pas de plus dans la rencontre avec ma nature profonde. Je sais que j’aurais longtemps encore la nostalgie de nos discussions sur la vie et la musique. La nostalgie de cette incroyable connexion de nos âmes. Même si j’ai toujours su qu’il n’y aurait jamais de happy end. A l’heure des possibles, même si rien n’est impossible, la raison doit toujours l’emporter.

 

 

 

 

Une réflexion au sujet de « Requiem »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s