Retour en salle (obscure)

Au 22 juin, les salles de cinéma ont pu réouvrir et je n’ai pas manqué cette occasion pour assouvir un peu de mes passions. En effet, le cinéma est sans doute celle qui fut ma première passion. Débutée dans l’enfance avec quelques grands évènements comme la sortie d’un Disney ou d’un gros film d’action américain, elle s’est véritablement forgée avec le grand écran du centre culturel de mon quartier qui passait des chefs d’oeuvre du 7ème art, comme, notamment, les merveilleux films de Fritz Lang « Le tigre du Bengale » et « Le tombeau hindou ». Je préférais sécher le catéchisme pour la danse du serpent de Debra Paget.

Ce mercredi là, de retour dans le complexe le plus proche de chez moi, il n’y avait pas plus de dix personnes dans la salle, et nous étions tous bien distants les uns des autres. Le film était sans doute un peu trop sérieux pour une reprise et bien loin d’envoyer du rêve. Il s’agissait du film « L’ombre de Staline » d’Agnieszka Holland. Sortie en mars la semaine du début du confinement, l’oeuvre avait sans doute sommeillé là jusqu’au 22 juin. Assise au centre du dernier rang, tout en haut de la salle, je gardais mon masque tout le long de la projection, même si le protocole sanitaire autorisait les spectateurs à le retirer une fois installés. A l’issue du film, je suivis le parcours de sortie de l’autre côté de la salle et, jetant un coup d’oeil vers les guichets, je n’y vis pas beaucoup plus de monde qu’à mon arrivée.

Il fut un temps où je fréquentais assidûment les salles obscures. J’étais une vraie cinéphile, accro aux salles d’art et d’essai et dévorant la presse spécialisée. Cette forte assiduité dura près de vingt ans. Un amour du cinéma que j’ai, le plus souvent, vécu seule. Adolescente, j’emmenais parfois ma petite soeur voir des films trop compliqués pour elle. Cette dernière me posait alors des questions toutes les deux minutes, perdue par exemple dans la foule des personnages d’un film de Lelouch. Plus âgée, j’y allais seule, rentrant du travail. Très rarement accompagnée d’un fiancé, puis d’un mari qui n’appréciait pas particulièrement de se déplacer pour voir un film.

Bien plus tard, lorsque je devins mère, je n’avais hélas plus le temps pour le grand écran. Alors, je le remplaçais par une collection de DVD, puis par la VOD. Je tentai un retour en salle lorsque mon fils fut assez âgé pour apprécier autre chose que des dessins animés, mais je n’arrivai pas à lui transmettre ma passion. Donc, je repris mes fréquentations en solitaire. Néanmoins, j’avais définitivement ralenti. Il me fallait de vrais bons films pour m’attirer. Et, pour les moins bons, les plateformes de streaming avaient déjà fait leur apparition.

Ce soir de reprise post-confinement, au fond de mon fauteuil et plongée dans le noir, je songeais à toutes les oeuvres et à tous les acteurs qui m’avaient faite vibrer devant des écrans géants. Outre cette chère Debra, je me souviendrai toujours du sourire lumineux de Brad Pitt sortant de l’onde dans « Et au milieu coule une rivière », de la musique de «Furyo» sur fond de face à face David Bowie/Ryuichi Sakamoto, de la scène torride d’entrée de «37°2 le matin», des images sublimes d’ «Excalibur» de John Boorman, des retrouvailles émouvantes des deux soeurs dans « La couleur pourpre » de Spielberg… Tellement de bons souvenirs en ces lieux. Tellement de plaisir et d’émotions aussi.

Aujourd’hui j’ai un large écran dans mon salon et un autre relié à mon ordinateur. Cependant, même si je peux profiter de ces bonnes conditions de diffusion pour regarder des films, il me manque quelque chose que je ne retrouve qu’en salle. En effet, il n’y a qu’en ces lieux magiques que j’entre véritablement dans une oeuvre. Concentrée au maximum, j’arrive parfois à m’imprégner tellement d’un personnage que j’en ressens totalement les émotions. Cette sensation unique se prolonge encore quelques instants lorsque je sors de l’obscurité. C’est comme si j’habitais encore le corps d’un acteur/une actrice.

Ainsi, lorsqu’on me demande pourquoi je brave les risques de Covid, pour retourner dans les salles obscures, je réponds que rien ne les remplace. Tout comme il est aberrant pour moi d’assister à un concert ou à une pièce de théâtre derrière ma télévision, les films réalisés pour le cinéma doivent être appréciés dans les lieux de diffusion prévus à cet effet. Alors, si comme moi vous aimez ces endroits, soyez prudents, mais retournez-y. De bien belles émotions vous y attendent.

Retour au travail

Voilà plus de trois mois que je n’avais pas mis les pieds sur le site de mon boulot. Trois mois que j’étais en télétravail à temps plein. Trois mois que je n’avais pas fait un plein d’essence. Trois mois que je n’avais pas pris ma voiture pour aller si loin de chez moi.

Il avait déjà fallu trouver une astuce pour pouvoir me rendre sur les lieux en avance de phase. En effet, attendant les dernières nouvelles du front du covid-19 en France, la direction n’a pas souhaité déconfiner en masse ses salariés. Les locaux sont donc ouverts au compte goutte pour le personnel indispensable, et les quelques collaborateurs, moins indispensables, ayant obtenu une dérogation pour des raisons diverses. Bref, j’ai utilisé une de ces raisons pour me rendre sur les lieux, histoire de sortir un peu de ma tranquille campagne.

Après avoir bien réussi le petit examen obligatoire et m’être fait dûment inscrire pour ma présence sur le site, me voilà de retour au travail vendredi dernier. Dès l’entrée, j’aperçois un grand panneau rappelant les fameuses mesures barrières. Je dois impérativement porter un masque avant d’entrer. Le gardien, bien confiné derrière son plexiglass, coche mon nom sur la liste très limitée des volontaires du jour. Ensuite, je file à pied vers l’accueil où je dois impérativement me rendre. Sur le chemin, je croise des portes barrées et après avoir suivi un parcours fléché, j’arrive à destination. Là, j’apprends que je ne serai pas installée dans mon bureau habituel, mais dans un coin où ont été regroupés les quelques présents ce jour là. Après avoir passé mes mains sous un distributeur de gel hydro-alcoolique à pédale, je reçois comme un cadeau un kit de survie composé d’une dizaine de masques lavables ainsi que d’un petit flacon de solution désinfectante.

Alors que j’avais l’habitude de passer à la machine à café avant de monter dans les étages, on m’indique que toutes les machines sont hors d’usage et que l’escalier est barré. Je suis le marquage au sol et file donc à la place assignée et commence à travailler. Sur les lieux, personne à l’horizon. Juste des tas d’autocollants collé sur le marbre, une foule de feuilles placardées sur chacune des portes rappelant le protocole sanitaire plutôt draconien. J’erre comme un fantôme au milieu des halls et couloirs déserts. Ces lieux autrefois si grouillants sont vides et sombres. Comme si tout le monde avait disparu. Je me sens comme une rescapée d’une catastrophe qui déambule dans des maisons désertes.

Après avoir travaillé un peu, voilà que je veux imprimer un truc. Et, ayant mis la main sur une des rares photocopieuses encore opérationnelle, je procède comme exigé à un nettoyage du petit écran tactile, avant et après usage, à l’aide d’un papier absorbant et d’un vaporisateur. Idem quand je vais boire un verre d’eau à la fontaine la plus proche. Il faut impérativement frotter le bouton avant et après avoir appuyé dessus. En passant, je note que ce sera la même manip fastidieuse lorsque que les ascenseurs seront de nouveau actifs. Par ailleurs, la porte d’entrée des toilettes est bloquée et la lumière s’allume par détection de présence.

Ayant survécu jusqu’à midi, et après avoir changé mon masque devenu obsolète après 4h d’utilisation, je le jette dans la poubelle spécialement prévue à cet effet. Puis, je me déplace masquée de neuf vers la petite cuisine mise à disposition pour les repas. Pas plus de deux convives peuvent s’y installer à la fois. Comme il n’y a pas âme qui vive, je suis donc seule à table. J’effectue un nettoyage du support, puis du micro onde utilisé pour chauffer ma nourriture. J’engloutis rapidement ma gamelle avant de procéder au ménage protocolaire. Je songe aux discussions animées du temps passé avec mes collègues. La période du déjeuner était un moment privilégié de la convivialité. Là, dans cet univers très aseptisé, qu’en reste-t-il ?

Peu de temps avoir repris mon labeur, avec effectivement un réseau nettement plus performant que dans mon petit bled, voilà que deux collègues se présentent pour l’après-midi. Ces derniers se tiennent bien à distance de moi, et nous n’échangeons que très peu de mots, pris par nos activités professionnelles. Je vois aussi passer une technicienne de surface masquée, surprise de voir quelqu’un dans les lieux, qui astique uniquement les poignées de porte.

Après avoir terminé ma journée, je quitte rapidement cet endroit devenu froid et sans vie. J’y retournerai la semaine prochaine, et je devrais non seulement y retrouver mon espace familier, mais aussi, peut-être, un peu plus de monde. J’évaluerai alors si le protocole mis en place peut réellement fonctionner. Personnellement, je ne vois pas comment je pourrais y travailler à temps plein dans ce contexte. Il faut juste espérer que le fléau nous laisse reprendre rapidement une vie professionnelle normale.

Télétravailleuse

« Le télétravail c’est la santé, rien faire c’est la conserver. Les prisonniers du téléboulot font pas de vieux os. »

C’est par cette parodie de la célèbre chanson d’Henri Salvador que je débute ce nouveau texte de la période du déconfinement suite à la pandémie de COVID-19. En effet, encore aujourd’hui, nos vies ne sont pas revenues à la normale. Notamment, le travail reste fortement perturbé par les suites de ce virus et les différents protocoles sanitaires mis en place par les entreprises.

Ainsi, depuis la mi-mars 2020, je travaille à distance depuis mon logis. Même si je ne dispose pas de la fibre chez moi, mais juste d’un accès ADSL, je suis bien équipée pour pouvoir télétravailler. J’ai une pièce dédiée qui servait jusque là à mes loisirs artistiques. Je l’utilisais de façon très exceptionnelle pour du télétravail occasionnel. En effet, mon secteur professionnel est bien adapté pour ce dernier. Cependant, je n’ai jamais été adepte de cette forme de travail. J’ai toujours préféré les contacts humains qui sont pour moi un des principaux intérêts du travail. Et comme j’ai été très longtemps manager d’équipes, il m’a toujours semblé nécessaire d’être en proximité de mes collaborateurs, même si ce n’était pas toujours le cas.

A la veille d’une nouvelle étape dans le déconfinement, et après deux mois et demi de télétravail à 100%, une forme qui n’a jamais fait l’objet d’accords dans ma société, j’en profite pour rédiger mon propre Retour d’EXpérience (REX).

Mes avantages :

Le principal avantage, mon activité le permettant, c’est déjà d’avoir pu continuer à travailler pendant le confinement. Lorsqu’on note le grand nombre de salariés qui ont perdu leur emploi, c’est un point très positif.

Comme beaucoup de collègues, je prends plus soin de ma maison. Chez moi la terrasse est belle et bien entretenue avec de jolies plantes bien arrosées dans les bacs. Avoir un joli environnement de travail est un plus.

Je mange ou bois un café en terrasse les jours de beau temps (qui sont assez fréquents). Cela me donne parfois l’impression d’être en WE prolongé.

Je peux recevoir des colis ou faire venir des artisans chez moi sans me soucier d’être là ou pas, vu que j’y suis en permanence.

Je lance des lessives ou range chez moi entre deux réunions, ce qui me laisse beaucoup plus de temps libre les samedis et dimanches.

J’évite les frais d’essence et de perdre du temps sur la route. Mon dernier plein date d’avant le confinement. Alors que je remplissais mon réservoir tous les quinze jours. Mon télétravail est donc bon pour la planète et pour ma bourse.

Du côté des autres dépenses, pas de grands frais de vêtements non plus, ni de coiffeur pendant tout ce temps. Mes cheveux sont plutôt longs à date, mais j’hésite encore à aller me les faire couper. Peut-être vais-je tenter le petit salon du village. Lieu où je n’ai jamais mis les pieds. C’est bien aussi de faire travailler les commerçants et artisans locaux, comme mon petit boulanger.

Mes inconvénients :

La productivité des premiers temps n’a pas été au top. En ce qui me concerne, même si je suis partie avec mon portable à la mi-mars, je n’ai pas pris divers dossiers et carnets qui m’aidaient bien au quotidien dans mon activité.

Le matériel personnel dont je dispose est suffisant, mais il faut reconnaître que je n’ai plus accès à des imprimantes professionnelles qui me permettaient, sans abus, de sortir quelques documents, notamment sur de grands formats, ou d’en scanner certains avant diffusion.

Même si mes colocs ne sont pas difficiles, il m’a fallu faire la cuisine pour eux le midi en remplacement de la restauration d’entreprise.

J’ai été obligée de réaménager mon bureau pour en faire un véritable espace de travail au quotidien. Mes activités artistiques, hormis l’écriture, ont été mises de côté en attendant des jours meilleurs. Il m’a fallu investir dans un nouveau fauteuil plus ergonomique. Et j’ai transformé le grand écran de mon ordinateur privé en un second écran.

A date, après deux mois et demi, il n’a pas été possible de récupérer ni mes cahiers, ni le moindre matériel dans les locaux de l’entreprise. Cette dernière met en place un Plan de Reprise d’Activité particulièrement draconien pour les prochains mois.

Mon employeur n’a pas prévu de nous faire revenir avant, au mieux, le mois de septembre. De ce fait, cela veut dire que nous allons passer les mois d’été à travailler de chez nous. De mon côté, comme pour pas mal de salariés, il va être très difficile de produire en période de canicule. Tout le monde ne dispose pas, loin de là, d’une climatisation.

J’avais des habitudes d’activités sportives, de courses, de médecins ou de garagiste près de mon travail, là c’est plus compliqué pour y aller.

Néanmoins, le principal défaut de ce mode de travail est le sentiment d’isolement qu’il génère. Loin de nos collègues de travail, nous nous sentons parfois véritablement seul. En ce qui me concerne, je regrette surtout les moments de convivialité à la cantine où nous partagions nos sentiments sur l’actualité, nos récits de voyage ou nos impressions suite à un spectacle.

Mes premières conclusions sur le sujet :

Comme dirait un collègue, le boulot a envahi nos vies. Et pour ceux qui n’y prennent pas garde, il est devenu omniprésent, conquérant et les submerge peu à peu. Même si j’ai du adapter un peu mes horaires, avec notamment un début de journée encore plus matinal, j’essaie de bien faire la part entre mon temps privé et mon temps professionnel. J’ai notamment mis en place un rituel sportif en fin de journée afin de pouvoir m’aérer et me bouger un peu.

De plus, depuis une semaine, je me fais livrer des plats diététiques préparés, ce qui me donne une raison pour faire moins de cuisine. Par ailleurs, après le 11 mai, après avoir mis en place mon propre protocole sanitaire, j’ai fait revenir, avec son accord, la dame qui m’aide dans le ménage, et cela me permet d’avoir un peu de discussions avec une personne de l’extérieur autour d’un café (et de gestes barrières).

A l’instar des géants du numérique qui proposent à certains employés de devenir des télétravailleurs permanents, je crains que cette forme de travail ne se développe encore à l’avenir, et que nos entreprises en profitent encore pour réduire leurs coûts de fonctionnement en éliminant le lieu physique de travail. Même si cette évolution est souhaitée par de nombreux salariés parents de jeunes enfants, écolos, logeant assez loin ou simplement confinés de nature, je ne pense pas que la majorité voit d’un bon oeil ce futur.

Il ne faut pas oublier le rôle socialisant du travail. L’homme est un animal social. Il s’épanouit, dans sa majorité, au travers de relations humaines. Nous progressons avec l’aide des autres ou en nous confrontons à d’autres. Nous sommes aussi plus créatifs ensemble que seul. Nous apaisons aussi la dureté de certaines difficultés par des rencontres physiques que ni le téléphone, ni les visios ne peuvent calmer par leur rudesse.

Faut-il donc craindre la naissance d’un monde d’après plus brutal, où le salarié, isolé et sans réel attachement à son entreprise, ruminera ses rancoeurs derrière son clavier ? Nul doute que dans ce nouveau monde, les syndicats seront encore moins présents et les piquets de grève inexistants au grand soulagement de certains. Mais que restera-t-il à ces travailleurs pour s’exprimer vraiment ?