Mon bilan de l’année 2021 dans le fandom BL

Voilà déjà un an que j’ai ouvert un compte dédié sur Twitter afin de partager mes avis sur les dramas BL avec les membres internationaux du fandom associé. Comme je l’ai déjà dit à mes abonnés, c’était un an de bonheur, même si tout ce que j’ai vu n’était pas de qualité. Outre le temps que j’ai consacré à regarder les nouveaux BL, j’ai aussi effectué un important travail de rattrapage des meilleurs dramas afin de disposer de références dans le domaine.

L’année 2021 a démarré en trombe avec une série taïwanaise qui a créé la surprise. On attendait Taïwan avec un nouvel opus des HIStory, mais c’est avec un autre drama que le succès est venu. Je veux parler de « We Best Love » , une série en deux saisons très rapprochées qui a mis le fandom en émoi tout le premier trimestre. Avec un jeune couple au top : Sam Lin (un membre du boys band SpeXial) et YU (un jeune musicien débutant dans l’acting) ainsi qu’une bonne mise en scène, ce drama a mis un moment à faire parler de lui avant de susciter peu à peu un bel engouement grâce à un très bon bouche à oreille et surtout un travail énorme de la société de production. Depuis, les fans restent au taquet et les deux acteurs principaux sont devenus des icônes, même si on n’entend plus parler d’une saison 3.

Peu d’autres productions ont vraiment émergées à Taïwan, si ce n’est le mignon « Beloved in the House» ou la partie BL du drama « Love is science ». On peut aussi saluer le charmant « Papa and Daddy » qui se déroule dans le milieu LGBT taïwanais. Une des plus grosses déconvenues de l’année revenant à HIStory 4. La franchise qui nous a pourtant offert tant de pépites dont « Trapped » ou « Make Our Days Count », a sombré en 2021 avec une histoire truffée de scènes problématiques, comme si la production était totalement hermétique aux critiques récurrentes sur les séries BL.

La Thaïlande, qui nous avait déjà surpris fin 2020 avec « Manner of Death » , un BL sur fond d’enquête policière, a aussi frappé fort dans le début d’année 2021 avec « A Tale Of Thousand Stars » (ATOTS), un drama se déroulant en extérieur dans un village perdu du nord du pays. Là aussi, un beau couple inédit formé de l’expérimenté Earth et du débutant Mix. Avec une histoire plutôt émouvante tirée d’un roman, la série a fait mouche et a enchanté les fans du monde entier. Un autre couple thaï inédit a fait parler de lui en la personne du très beau Kao Noppakao qu’on avait remarqué en 2020 dans « Until we meet again » (UWMA) accompagné cette fois du joli Up Poompat. Les deux garçons ont formé un tandem efficace dans « Lovely Writer » un drama se déroulant dans le milieu du BL. Les mauvais côtés de cette industrie ont aussi inspiré de façon plus incisive Aam Anusorn avec son pamphlet pour un autre BL intitulé « Call it what you want ». Ces deux séries semblant signer comme une sorte de mea culpa de l’industrie thaï en matière de BL. En effet, même la très décriée Mame a commis un sans faute en fin d’année avec sa série « Don’t say no », en dépit de quelques scènes de mauvais goût.

En 2021, on attendait aussi avec impatience la suite de « I told sunset about you » (ITSAY) et on a eu « I promised you the moon ». Même avec une réalisation et une interprétation impeccables, la série a eu peine à convaincre les adorateurs d’ITSAY (dont moi) à cause d’un scénario qui n’était pas à la hauteur de la première partie. Les nostalgiques se seront donc contentés du très beau « Last Twilight in Phuket » réalisé par Boss Kuno, un joli court métrage revenant sur les lieux iconiques de la série, comme une sorte d’adieu à ce beau drama.

Le milieu de l’année a été plus calme et décevant avec « Fish Upon The Sky » où même avec un joli couple formé de PP Naravit et Phuwin Tang, GMMTV a déçu avec un scénario plutôt mauvais (notamment la partie grotesque du frère). On espère une meilleure série pour ces deux beaux garçons qui présentent une belle alchimie. « YDestiny » a été pour sa part très inégale, où n’ont juste qu’émergé le talentueux Chap (déjà remarqué dans Lovely Writer) et le duo torride Toru & First. Néanmoins, en fin d’année 2021, GMMTV a vraiment repris la main en lançant quasi simultanément « Bad Buddy » et « Not Me », deux grosses séries très attendues avec notamment de très bons acteurs thaï, sans doute les meilleurs de l’industrie. J’en reparlerai très prochainement. Cependant, alors qu’on avait été alléché avec leur tonitruant trailer de janvier 2021, la série « Kinn Porsche » a pris énormément de retard et a au final changé de société de production. Heureusement la majorité du casting a été conservée, mais les teasers qu’on a vus jusqu’ici laissent augurer un résultat très différent de l’initial. On découvrira ça en 2022, s’il n’y a pas une nouvelle déconvenue d’ici là.

En 2021, la Corée a poursuivi sa montée en puissance entamée en 2020 avec de jolies séries. Si parmi elles, il y a eu quelques succès d’estime, car faute de moyens bon nombre de séries ne sont pas à la hauteur, plusieurs pépites ont tout de même vu le jour. Je citerai ma préférée : « To My Star », un beau drama très bien écrit et interprété dont nous auront le plaisir de voir la suite en 2022. Sortant des sentiers battus du milieu scolaire ou universitaire, la série nous conte l’histoire d’amour entre une star sur le déclin et un jeune cuisinier. Les coréens nous ont tout de même offert leur premier vrai kdrama BL avec « Light on Me » joué avec talent par les adorables Kang Yoo Seok et Lee Sae On. Pour le reste beaucoup d’histoires un peu trop bâclées, où mettre des beaux gosses ensemble ne suffit pas à faire un bon BL. Connaissant les capacités des coréens en matière de dramas, j’espère beaucoup plus d’eux en 2022.

Le sans faute est venu du Japon avec de très belles séries, souvent tirées de mangas. Outre « Given » et « My beautiful man », j’ai beaucoup aimé l’humour de « The man who defies the world of BL » . Ils n’ont néanmoins vraiment percé qu’avec Kieta Hatsukoi. Même avec une mauvaise gestion de la diffusion internationale, ce BL japonais a fait mouche grâce à une jolie histoire et surtout un beau couple d’acteurs très talentueux : Michieda Shunsuke et Meguro Ren. Ces deux jeunes idols membres de groupes de Jpop nous ont enchanté dans les rôles de deux lycéens qui tombent amoureux à cause d’un malentendu autour d’une histoire de gomme. Le cute à son sommet.

Alors cette année a été riche et à la hauteur de mes attentes, même si la pandémie a bloqué la production d’une grande quantité de séries très attendues. Et j’ai bien contribué à la promotion des meilleurs dramas, via mes tweets, mes reviews ou mes montages vidéos. Je me sens maintenant pleinement membre de ce fandom un peu particulier et j’espère que ça durera encore très longtemps.

Le jour où je suis devenue « stan »

C’était un moment hors du temps. L’un de ces moments où le coeur et l’esprit s’emballent pour une improbable raison. L’un de ces moments qui vous font des – beaux – souvenirs. L’un de ces moments qui valent d’être vécus. Pour simplement dire, j’y étais, et j’ai diablement kiffé.

Alors oui, tout avait commencé de façon habituelle. J’enchainais les séries BL depuis janvier 2021 avec plus ou moins de bonheur, essayant de slalomer entre les mignonnes et celles plus problématiques. Je tombais sur une petite série taïwanaise sans prétention nommée We Best Love. Elle était diffusée sur WeTV une plateforme de streaming asiatique. Au départ, rien de vraiment extraordinaire. Une histoire de lycéens ennemis qui tombent amoureux. Des acteurs plutôt beaux, mais sans plus.

Alors non, je ne sais comment tout cela avait vraiment commencé. Je sais que j’avais beaucoup aimé cette petite série et surtout le jeu très sincère des deux acteurs principaux. Sam est ce qu’on peut appeler un « idol » membre d’un groupe de garçons, il fait aussi l’acteur depuis quelques temps. YU était un inconnu. Mi japonais, mi taïwanais, il est principalement chanteur, mais débutait comme comédien.

Je n’avais rien vu venir. Surtout pas les manoeuvres de la société de production Result.Entertainment qui dès la fin de la première saison, nous avait attrapé par le colbac, bien décidée à ne pas nous lâcher. Bref, il n’y avait qu’un mois entre la première saison de 6 épisodes et la suivante. Il y avait comme un suspens entre les deux périodes, alimenté par un mini épisode spécial qui rajoutait plus de questions encore. Dans ce laps de temps, aucune journée sans que nous ne soyons alimentés par des photos, lives sur Instagram, évènements de fans service, scènes coupées, extraits de behind the screen. Bref, moi et mes semblables, de plus en plus nombreux, nous ne respirions plus. Nous étions nourris jusqu’à l’étouffement et heureux de l’être.

Etait-ce la faute de – nos – hommes, aussi sincères (bons acteurs) en dehors que dans la série ? Le fait est que je me souviens très bien du moment où tout a basculé. Du moment où je suis passée de la simple amatrice à quelque chose de plus fort. C’était lors d’un évènement de promotion où étaient diffusés en avant première les deux premiers épisodes de la saison 2. Le show se déroulait dans une salle à Taïwan, mais les fans locaux nous en avaient largement diffusé des extraits et photos. L’émotion des deux acteurs principaux était visible, l’un et l’autre jetant des larmes devant un public tout acquis à leur cause. Libéraient-ils toute la tension accumulée dans l’attente de l’accueil réservée à cette suite bien différente de la première ? Le fait est qu’ils étaient touchants nos petits Sam et YU. Et, comme je ne peux résister à un homme qui pleure – encore moins deux – ils m’avaient eu. J’étais attrapée. Baptisée et prête à devenir un membre actif toute destinée à promouvoir leur culte. Bref, j’étais devenue fan. Ou pour être plus dans l’air du temps, j’étais devenue « stan ».

Après c’était fini. J’avais perdu mon libre arbitre. Et, il n’y avait plus rien de raisonnable. Comme passer du temps devant un live où tu ne comprends pas un traitre mot, mais où juste les voir est un bonheur sans nom. Essayant de traquer leur plus belle expression et en faire une copie d’écran qui sera publiée sur Twitter avec des commentaires plein de superlatifs. Savoir que ton tweet sera liké par les autres « stan » et que ça t’en amènera d’autre. Car, ce qu’il y a d’intéressant dans ce culte, c’est son côté communautaire. Loin du plaisir solitaire d’amateur de séries asiatiques, tu sais que tu fais partie d’un petit club international. Chacun échange ses impressions, ses théories, ses sourires, ses émotions. Tu sais que tu n’es pas seul au royaume des nerds.

J’avais commencé les montages vidéos avant, mais ce sont Sam & YU qui m’ont vraiment inspirés pour me lancer vraiment et sérieusement dans cette activité artistique. Et à la différence de ceux que je réalise maintenant, les leurs étaient plein de scènes extraites des lives et autres évènements en dehors de la série. C’était juste, que pour moi, il y avait peu de différence entre SamYU et DeYi. Les deux garçons s’entendaient tellement bien, étaient si proches l’un de l’autre, qu’on ne pouvait distinguer les acteurs de leurs personnages. J’ai d’ailleurs fait mes meilleurs scores avec eux, car moi aussi, au delà de la qualité laissant à désirer de ces vidéos, j’étais sincère. Et, je n’en suis pas restée là. Outre les photos tournées en oeuvres d’art numériques, je les ai peints sur une vraie toile et ils m’ont inspirés en modelage, sans compter ma propre version de la suite de leurs aventures.

Aujourd’hui, la fièvre est retombée pour moi. Même si je suis toujours leur travail, les acteurs sont partis chacun de leur côté. Et moi ma vie de sériephile s’est poursuivie, mais sans qu’un tel coup de coeur ne se reproduise. Je vois toujours certains membres de la communauté qui restent coincés dans cette série, s’auto-nourissent de vieux extraits, décortiquent la moindre nouvelle photo, restent à l’affût de la plus insignifiante information ou rédigent des fanfictions pour faire perdurer la flamme. Quand je les observe, je me demande si j’étais vraiment stan ou si c’était juste une passade ? Le fait est qu’à la faveur de la diffusion d’une édition spéciale de la série, remontée avec des scènes coupées, j’ai retrouvé un peu des sensations de l’époque. Mon souffle coupé lorsque les acteurs s’enlacent, leurs scènes d’intimité plus vraies que nature. Je croyais que le feu était éteint, mais il y avait encore des braises. Il ne faudrait que des nouvelles de l’imminence d’une saison 3 pour que toute ma personne ne s’embrase à nouveau.

#YDESTINY – Puth x Kaeng | You sexy thing

Nouveau montage vidéo produit avec Final Cut Pro. Cette fois nouveau changement de série thaï. La vidéo est produite à partir des épisodes 9 et 10 de la série YDestiny actuellement en cours de diffusion.

Un jeune couple particulièrement convaincant a attiré mon attention. Toru & First interprètent avec aisance le duo plutôt chaud Puth & Kaeng.

Pour une telle vidéo, j’ai fouillé dans les titres des années 70. You sexy thing de Hot Chocolate semblait tout destiné à cette histoire de feu.

#IPYTM – Alone in a room

Nouvelle série thaï qui vient de démarrer cette semaine. I promised you the moon (IPYTM) est la suite de l’excellente I Told sunset about you (ITSAY) qui avait atteint tous les sommets en 2020. Autant dire que ce nouvel opus était très attendu. On retrouve avec plaisir les personnages de Teh et de Oh-Aew qui ont quitté Phuket pour Bangkok où ils viennent étudier dans deux universités différentes. Autre lieu, autres amis. Même si leur amour ne se cache plus, ils sont confrontés à de nouveaux défis qui peuvent mettre à mal leur jeune couple.

Dans ce cadre, j’ai imaginé le pire des scénarios où les deux garçons se séparent, mais où Oh-Aew pense encore à son grand amour. J’ai utilisé pour cela le teaser, deux MV enregistrés pour l’OST, un highlight de l’EP1 ainsi que le court métrage Last twilight in Phuket réalisé par Boss Kuno le réalisateur d’ITSAY. Autant dire une matière exceptionnelle que j’ai eu du mal de torturer avec mon montage. Heureusement j’ai pu disposer de vidéos de très bonne qualité ce qui se voit au résultat visuellement très clean.

C’est la première fois que j’utilise un logiciel pro avec Final cut pro qui offre de belles fonctionnalités que j’ai peu exploitées. L’outil s’utilise de façon assez intuitive pour qui pratique ce genre de produit de montage. J’ai le temps de le découvrir plus en profondeur puisque c’est lui que j’utiliserai à partir de maintenant.

La musique est un titre acoustique du groupe de hard rock Asking Alexandria : alone in a room.

Sweet Night In Bangkok – Multi BL 2021- Renegades

Extraits des séries thaï du moment : #LovelyWriter​, #FishUponTheSky​, #YDestiny​… librement montés par mes soins de telle sorte qu’ils produisent une série totalement fictive nommée Sweet Nights in Bangkok.

Avec #Kao#Talay#PondNaravit#ChapMeow

Music : #Renegades​ de #OneOKRock​ (tous droits réservés).

Musique utilisée dans cette vidéo

En savoir plus

Écoutez de la musique sans publicité avec YouTube Premium

Titre

Renegades

Artiste

ONE OK ROCK

Album

Renegades

Concédé sous licence à YouTube par

WMG (au nom de Atlantic Records)

#WBL – #YuZhenXuan ’s love song – Everytime (cover)

Yu Zhen Xuan et Pei Shou Yi #RayTian​ sont le couple secondaire de la série We Best Love – FightingMr2nd (Result.Entertainment tous droits réservés).

Dans ce nouvel edit, je centre sur le personnage de Yu Zhen Xuan (ShihChihtian) et de son amour impossible pour l’ancien docteur devenu patron de bar Pei Shou Yi (RayChang).

Musique : extrait d’un cover de Everytime de Britney Spears – Audio produced, mixed and mastered by Dave Winkler (tous droits réservés).

#WBL – Dazed by #Yu

Nouvelle edit à partir de ma série culte du moment. Cette fois, c’est une phrase du dernier EP qui m’a inspirée et m’a donné l’envie de célébrer la beauté d’un des deux acteurs de cette série #YangYuTeng

Pour la musique, j’ai choisi un cover de la célèbre chanson de Beyonce Halo interprétée par Alexander Stewart.