Instagramers

      Instagram, pic et pic et colégram … Quoi t’as un smartphone ou un smartcamera  et t’es pas sur Instagram ? Non mais, allo quoi ! Si tu ne veux pas rater quelque chose,  il faudrait au moins que tu testes le truc. Chaque réseau social a ses spécificités, ses codes et ses sujets trendy. Sur Instagram , l’un de mes réseaux favoris, j’ai pu distinguer plusieurs catégories d’utilisateurs. 

Ceux qui ont un chat (ou un chien)

    Lorsque tes gamins ne veulent plus se montrer sur Internet afin de soigner leur e-reputation, tu n’as plus qu’une seule solution : montrer ta chatte. Euh, ton chat ou ton chien. Lui au moins, il ne dit rien et on a aucun risque de le voir réclamer quelque chose pour son droit à l’image (quoique). On l’aime principalement en LOL le cat. 

Ceux qui ont une vie sociale très dense (et veulent le faire savoir)

    Certains  nous plongent dans le tournis de leur vie sociale – apparemment – très riche. On passe d’expos en tout genre à des boîtes de nuit bondées. Garantie 100% photos floues et sombres. Surtout en fin de soirée. De toute façon, il n’y a personne à reconnaître et on se demande – à peine – si les photos de travers sont un effet volontaire ou le symptôme de l’alcool ingurgité. J’imagine le truc destiné (au mieux) à un(e)  ex  que certain(e)s veulent énerver. Mais bon ce n’est – peut-être – que de la psychologie à deux balles digne d’un magazine féminin 😉 

Ceux qui sont en vacances 

     On vient de vivre récemment un épisode bien fourni en la matière . Vos amis facebook et vos followers Twitter vous ont (peut-être) quitté pour les vacances mais, pas grave, vous avez de leurs nouvelles via leurs publications sur Instagram. Eh oui, quel (malin) plaisir de se faire détester par ceux qui ne prennent pas de vacances, qui sont déjà rentrés ou pas encore partis. La photo de la piscine de rêve et de la plage (plus ou moins) ensoleillée est un incontournable de l’instagrammer en congés. Le cliché du paysage de montagne majestueux tient aussi la corde mais, le must reste encore le coucher de soleil façon carte postale (c’est bô).

Ceux qui bouffent (ou boivent) un truc

    On peut se demander si l’assiette de resto n’est pas la catégorie de photo sous Instagram la plus répandue (et pas qu’en France). Oui c’est trop génial de montrer que l’on bouffe des trucs cool et que, pour ma part, on n’en a rien à cirer du régime. D’ailleurs personne ne publie de photos avec des trucs de régime. Ce n’est pas photogénique les trucs de régime. 
Même topo avec la boisson. On a des grands crus pour les plus riches ou alors des bières bien fraîches pour les moins fortunés. Histoire de nous dire : « qu’est-ce qu’on se marre bien avec les copains devant un verre » (et qu’on va sans doute bientôt finir bourré).

Ceux qui montrent leurs pieds 

    Ces extrémités sont les plus simples à prendre en photo. Tu baisses ton smartphone quand t’es debout ou tu tends les bras quand t’es allongé et hop c’est dans la boîte. Alors les pieds pullulent dans des transats au bord de la piscine, dans le sable (à Paris plage ou ailleurs) ou plus rarement sur un bureau. Les tongs sont recommandées pour l’éventail et mettent en valeur qualité du verni posé sur les doigts de pieds.  Certaines nous font profiter de leur xème acquisition en matière de chaussures qui va venir alimenter des placards déjà bien remplis. A noter que pour d’autres,  le  panard est une source de fantasmes (oui bon je m’emporte là). 

Ceux qui montrent le reste

    Les mains, le corps, le visage. Apprentis mannequins ou vrais pro, nombreux sont ceux qui n’hésitent pas à se montrer sur le réseau dans le but d’obtenir des ❤ ou qu’on les juge (ce qu’on fait dans tous les cas).  C’est l’étape ultime d’une démarche narcissique, courageuse ou irréfléchie. 

Ceux qui font des vidéos  

     Depuis peu Instagram nous permet de filmer de courtes séquences de 15 secondes et de les publier avec ou sans filtre. C’est comme si les photos prenaient vie d’un coup lorsqu’on appuie sur la petite caméra. Les instagramers nous apparaissent ainsi plus vivants dépassant les clichés figés parfaitement cadrés et retouchés.  Certains tournent même des mini-clips plus ou moins réussis. Mais, je pense qu’au-delà de la phase de découverte actuelle, nous sommes encore très loin de ce que les utilisateurs peuvent produire.  On peut supposer que toute leur créativité (ou pas) va pouvoir s’exprimer d’ici peu. Ce qui nous promet de bons moments de rigolade à la clé.  

      Alors enfants de tous pays et de toutes couleurs, venez nous rejoindre dans la communauté des instagramers (si ça vous tente). Cependant, comme Zuzu a racheté le réseau, c’est à consommer avec modération… 😉