La vengeance du pied moche

Encore un article qui ne fera pas rêver, qui sera trop sage, trop sérieux. Encore un article de mes pensées en cette période où l’épée de Damoclès du fléau rôde au dessus de chacun. Où beaucoup de monde se sent en sursis, comme hors de la vie.

A là mi juillet, j’ai fait un long voyage. Seule. J’avais décidé d’aller retrouver ma famille. Déjà un an que je ne les avais pas vus. Ils avaient traversé le confinement sans encombres. Après quelques jours de visite un peu étranges avec la nécessité des gestes barrières, j’avais repris la route du retour.

Le voyage, quoique fatiguant, s’était bien déroulé. Les ennuis ne débutèrent que le lendemain, début de week-end. Je fus prise de terribles frissons peu après le petit déjeuner, puis de vomissements violents. A défaut de savoir ce que j’avais, je décidai de m’isoler pour épargner mes colocs. La fièvre s’était emparée de mon corps et elle était puissante : plus de 40. Je ne mangeai rien pendant deux jours. Une de mes jambes était devenue écarlate et me faisait souffrir. Dans mes délires fiévreux, je songeai à un épisode d’Il était une fois la vie où les méchants microbes se battaient contre les gentilles défenses immunitaires.

Au lundi, il semblait que mes mousquetaires avaient bien bossé, car la fièvre avait chuté. Bien que très affaiblie, je décidai d’aller seule chez le médecin. Cette dernière, plutôt hystérique ce matin là, me voyait déjà atteinte du Covid, insistant lourdement pour que je fasse le test ainsi que toute la maisonnée. Dans sa précipitation, elle en avait même oublié de me prescrire un arrêt de travail et comme je ne venais pas pour ça, je n’avais rien demandé.

Après un premier examen échographique épuisant, je fus vaguement rassurée de savoir n’avais rien côté veineux. Il s’agissait donc d’un érysipèle et il était sévère. Je débutai alors le traitement antibiotique. Cependant, quelques jours plus tard, j’avais toujours comme deux molosses qui me mordaient le mollet en permanence. Je retournai au cabinet médical et consultai l’interne de remplacement. Elle me doubla les volumes d’antibiotiques. Avec de telles doses de cheval, j’espérais être remise dans le WE. Néanmoins, il n’en fut rien.

Au lundi suivant, je retournai chez la toubib, qui semblait avoir retrouvé son calme derrière son masque FFP2. Entre temps, après avoir trouvé un centre de test, pris rendez-vous, j’avais fait le test du covid. Dans l’arrière cour d’un labo d’analyse, une personne avait prélevé le contenu du fond de mes narines. Le geste était désagréable, mais rapide. J’attendis encore deux autres jours pour les résultats : Négatif. Enfin une réponse à mes questions lancinantes. Le fléau n’avait RIEN à voir avec mon état du moment. J’étais juste banalement malade. Je me demandais du coup si nous pouvions encore être simplement souffrant et être bien soigné en conséquence. Les tests sanguins confirmaient l’amélioration et l’efficacité du traitement, quoique très long.

J’observais l’évolution de la maladie via la taille des rougeurs sur ma jambe gauche. Mon pied moche surélevé me narguait. Voilà ce qui se passe lorsqu’on l’abandonne, qu’on ne soigne pas des piqûres d’insectes, qu’on ne prend pas soin de l’espace entre les orteils. Il s’était vengé de mes mauvais traitements. Des marches quotidiennes dans la garrigue infestées de bestioles. D’un bien, j’avais généré un mal. Mal qui couva des semaines avant d’éclater un matin de juillet à la faveur de la fatigue et de la chaleur.

Évidemment, en ces moments douloureux, j’étais infecte. La maladie vous enferme encore plus dans l’égoïsme. Seuls comptent les affres du corps qu’on écoute plutôt que le reste du monde. J’oscillais entre espoir et quelques rares moments de découragement. Les nuits étaient compliquées, hachées. Le mal vous tient éveillée, à ne penser qu’à trouver une solution pour moins souffrir et tenter de fermer l’œil.

Heureusement, après la confirmation que je n’étais pas atteinte du covid, j’eus plus d’aide de la part de mes colocs. Ceux-ci pouvant me véhiculer vers mes différents examens et RDV. Mais je gardais en souvenir l’abandon des premiers jours, où assommée de fièvre j’avais dû lutter seule contre la maladie. Pestiférée au sein de son propre foyer. Une terrifiante perspective à laquelle j’ai fini par échapper.

Peu à peu, au bout de trois semaines, les symptômes disparurent en majorité. J’avais retrouvé mes anciens pieds moches. Toujours aussi laids, mais j’avais fait l’effort de les décorer avec un peu de vernis fushia. Plus de baskets, ni de chaussures fermées. Ils prendront l’air dans des sandalettes confortables jusqu’à l’automne.

Je ne regrettais pas mes folies, mais il fallait me rendre à l’évidence, il était bien tard pour les vivre. Si je voulais encore profiter de ce qui me rendait véritablement heureuse, il était grand temps que je poursuive, voire amplifie les efforts concernant la prise en main sérieuse de ma santé. C’était la seule chose à faire. La seule leçon que j’avais retenue du fléau.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s