Sur les traces d’ITSAY à Phuket

Si certains partent en Thaïlande pour ses plages paradisiaques ou d’autres pour ses nuits animées, rares sont ceux qui comme moi y vont en pèlerinage. Oh rien de religieux à cela, si ce n’est la religion du drama.

Ce n’est pas la première fois que je visite un pays d’Asie à cause des dramas, mais là j’ai voyagé jusqu’à Phuket à cause d’UN DRAMA thaï nommé I Told Sunset about you. Cela ne dira peut-être rien aux non pratiquants, mais c’est une mini série de 2020 qui a été très appréciée par la communauté internationale des fans de BL et qui a reçu de nombreux prix. Un drama remarquablement réalisé par Naruebet Kuno (dit Boss) et joué avec talent par deux jeunes acteurs/chanteurs : Billkin et PPKrit.

Alors, bien avant de partir, j’avais bien entendu repéré les lieux du tournage sur internet et, jour après jour, j’ai effectué les visites associées. Sachant que beaucoup de lieux se trouvent à un même endroit, mais que certains autres se situent tout autour de l’île de Phuket. Je ne dis pas que j’ai tout fait, mais je n’ai pas raté les incontournables.

Ainsi débute le pèlerinage par une chaude journée de décembre via une excursion autour des sites remarquables de l’île où j’ai croisé mon premier lieu de tournage, mon préféré : la rue principale de la vieille ville de Phuket. Elle est inoubliable par son architecture sino-portugaise et ses bâtisses colorées. Après un premier arrêt photo au restaurant Kopitiam By Wilai où des garçons asiatiques posaient lascivement devant l’entrée, je me suis installée un peu plus loin pour essayer de photographier la rue. C’était presque comme si je pouvais y croiser Teh et Oh-Aew avec leurs chemises colorées déambulant sur un side car. Tout était là, même les guirlandes lumineuses au dessus de ma tête. J’avais peu de temps ce jour là, je me jurai d’y revenir un peu plus tard.

Dès le lendemain, je repère sur une carte qu’au sud je peux faire une halte sur deux lieux de tournage de la série : la très jolie petite plage de Yanui (ma préférée à Phuket) et le fameux Promthep cape où je me souviens que Boss Kuno, le réalisateur, avait jeté une larme en tournant la dernière scène du drama. Je m’y rends en taxi-meter et je fais une pose de quelques heures à Yanui. Après m’être restaurée au petit restau sympa tout proche, j’entreprends de gravir la cote qui mène au cap. Evidemment, en pleine chaleur ce n’est pas simple, mais pas aussi difficile qu’il n’y parait. Arrivée en haut, je me précipite pour aller immortaliser le lieu désiré reconnaissable à ses palmiers.

Puis, j’attends là patiemment, le plus à l’ombre possible, l’heure du coucher du soleil. J’ai failli abandonner vingt fois, mais je suis restée jusqu’au bout (un record pour l’impatiente que je suis). Hélas, de gros nuages sont apparus au mauvais moment et la photo tant attendue n’était pas aussi géniale que j’aurais pu l’espérer. Sinon, les guides n’avaient pas menti sur la foule qui se presse tous les soirs en ce lieu. Quittes de s’émouvoir devant le coucher du soleil, ce sont surtout les selfies qui les attirent. Certaines y vont avec leur plus belle robe et leur chéri les mitraille dans toutes les poses. C’est un spectacle amusant de les voir se mettre en scène.

Promthep cape

Un autre jour, n’y tenant plus, je décide de parachever ce pélerinage en me rendant de nouveau en taxi à Phuket old town. Là, j’enchaîne le petit temple chinois, l’hôtel On On et je m’installe à l’intérieur du restaurant Kopitiam By Wilai pour y déjeuner (et y prendre des photos). Beaucoup d’émotions et d’excitation m’envahissent tout à coup. J’ai l’impression d’être dans la série, les décors ont si peu bougé. J’imagine Teh assis à la table du fond et j’attends de voir Oh-Aew débarqué d’un instant à l’autre. Je pense que les amateurs ressentiront ces frissons aussi. Même si vous ne faites pas le voyage si loin pour ça, et c’est compliqué en ce moment, vous le faites grâce à ça. Et quand vous avez une passion comme moi, c’est juste génial.

Même si j’ai vite retrouvé mes réflexes de voyageuse solo, je me suis sentie par moment un peu seule. La Thaïlande c’est le genre d’endroit où les gens que tu aimes te manquent. Comme si tu étais alone au paradis et que tout le monde était resté en enfer. Boss Kuno m’a faite rêver, me renvoyant les images d’un Eden disparu. La réalité est moins romantique, même si en ces temps de COVID nombre de lieux sont déserts et qu’il est agréable d’y lézarder quelques heures. Le reste est bétonné à outrance, avec une ville de Phuket, hormis le quartier ancien, qui n’a aucun charme particulier.

Certaines plages sont pourtant belles et me donnent la nostalgie de mon île en Méditerranée, la plus belle du monde. Alors, je m’en suis retournée, satisfaite, mais pas triste de revenir pour autant. En 2021, j’ai repris le chemin des voyages, et ni le COVID, ni rien d’autre, ne pourront de nouveau m’arrêter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s