Les faux lovers (et les autres)

Pendant que les affaires suivent leur cours avec la mystique, qui semble bien plus complexe qu’au premier abord, je viens poser ici quelques réflexions sur les comportements de certains dans ma TL. J’aurais pu en rédiger un article sérieux que j’aurais publié ailleurs, mais cela fait tellement écho à mon passé conté dans mon roman « Les âmes étreintes » que j’ai préféré l’évoquer en ces lieux.

Cette semaine, une femme sympathique parmi mes followers a fait appel à moi pour l’aider à résoudre un problème. Cette femme, lesbienne, était en contact avec une twitta assez bien cotée sur Twitter ( > 10 KE d’abonnés ) depuis presque un an. Après doutes et embrouilles, voilà qu’elle découvre que la twitta en question était en fait un homme.

tumblr_ofv8qd6sfl1stt977o1_500

Personnellement, je n’ai rien contre les hommes qui ont des penchants pour les lesbiennes. J’en compte certainement de très nombreux dans ma TL, mais généralement ils se tiennent tranquilles ou tentent juste une plaisanterie de temps à autre. Et puis j’ai beaucoup d’indulgence pour les faiblesses humaines. Le soucis c’est quand certains jouent à un jeu pervers avec certaines femmes seules et un peu trop naïves.

Ainsi, le type s’était fait passer pour une belle jeune femme en prenant grossièrement le physique d’une actrice de série TV US (Phoebe Tokin). C’était une manipulation plutôt bas de gamme, facilement détectable avec Google image, mais comme cette amie ne regardait jamais la TV par choix, elle n’y avait vu que du feu. Juste un beau conte de fées où une jolie princesse tombait dans ses bras. Mais, les contes de fées n’existent pas. Sur la durée, il est certain que cette quadragénaire avait ressenti des sentiments pour cette personne (l’homme en question) avec qui elle avait échangé nuit et jours pendant de nombreux mois.

tumblr_nlj06klvfB1tphleno1_500

Maintenant qu’il a été démasqué, l’individu refuse de lui donner toute explication. Cela me fait en conclure qu’il n’a sans doute pour seule finalité que la perversion. Seul un tel état d’esprit lui a permis de tenir autant de temps en mentant.  Il a par ailleurs, sentant le vent du boulet très proche,  créé d’autres comptes avec lesquels il harcèle d’autres amies. Il est même venu me narguer ( et vaguement me menacer ) dans mes DM.  Je ne citerai pas ses comptes ici. Cependant, je l’informe via ce billet, que je vais garder – d’une manière ou l’autre – un oeil sur lui. Si je vois qu’il s’attaque de nouveau à des personnes de mon entourage, je n’hésiterai pas à le signaler. Nous avons en notre possession moult preuves de sa véritable identité et des différentes manipulations réalisées.

Là, je vais passer sur le moment faible de ce billet. Oui, là où je rappelle des vérités que personne ne suivra. Le monde d’internet n’est pas un monde de Bisounours. C’est juste le monde, mais caché derrière un écran. Alors oui, cela donne beaucoup de liberté pour s’exprimer (même si de plus en plus surveillée : coucou à nos amis les analystes). Mais, même si ce monde est virtuel, vos âmes présentes ici sont elles bien réelles. Alors, comme vous ne laisseriez pas rentrer quelqu’un IRL dans votre intimité, faites en autant ici. Les intentions des faux lovers ne sont pas toutes mauvaises, mais elles peuvent l’être, vraiment. Toutes les pires intentions du monde peuvent se trouver là, au coin de votre blog, au coin de ce réseau social que vous aimez tant. Alors, vous souffrirez probablement.  Votre amour propre trinquera certainement, votre compte en banque aussi et votre santé mentale peut-être.

tumblr_nk0q9ude7U1rce5tlo1_500

Alors, vous ferez – quand même – les erreurs que je vous signale là. Sans doute n’écouterez vous pas, car vous êtes plus intelligent que la moyenne des braves gens qui se font avoir. Sans doute ne tiendrez vous pas compte de mes rappels à la prudence, car cela NE PEUT PAS vous arriver. Cela vous arrivera. Mais, maintenant vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas. Nos amis les super riches grâce à nous du net le savent bien puisqu’ils ont tous créé des fonctions « Unfollow », « bloquer », « signaler ». N’hésitez pas à les utiliser. Si malgré tout, vous avez un coup de coeur pour l’un ou l’une de ces faux lovers,  sachez que le plus fiable ( je ne dis pas le plus infaillible ) pour connaître une personne avant une rencontre physique est la caméra. Allez sur Skype (par exemple) et demandez de voir la personne. Vous pouvez rester invisible de votre côté pour commencer. Si la personne refuse, warning de chez warning. Mieux vaut être méfiant(e) que souffrant(e).

tumblr_nklj2p4GiY1s7xduro1_500

Après tout ça – je vous avais bien dit que c’était le moment faible de ce billet – si vous n’êtes pas devenus parano, vous serez un peu plus éclairés. Et vous pourrez naviguer en connaissance de cause. Le net n’est PAS QUE dark. Le net est aussi beauté, liberté, amitié et fraternité. La toile relie les gens et ne fait – PAS QUE – les attraper pour mieux les dévorer ensuite. C’est aussi un merveilleux moyen d’entrer en contact avec tout l’amour du monde. Toute la gentillesse qui existe. Allez vers ceux qui vous élèvent plutôt que vers ceux qui vous maintiennent dans l’obscurité. Aidez vous pour lutter contre les faux lovers, mais pas qu’eux. Aidez vous pour aller vers le meilleur.

Pour ma part, j’ai renoncé à l’ombre. Cette dernière ne m’apportait qu’encore plus de solitude et de souffrance. La lumière vous expose un peu plus, mais si vous le faites de façon raisonnable, vous pouvez faire ici de jolies rencontres amicales ( voire plus ). Et ainsi, juste pour un jour,  juste pour un instant, vous vous sentirez enfin vivant et un peu moins seul dans l’univers. Have a nice day my friends.

 

Quand tu ouvres un compte Wattpad

Eh bien oui, ça m’a pris comme ça. Comme une petite adolescente qui veut se lancer dans la création littéraire. Il faut dire que, de mon temps, ce genre d’outils n’existait pas. Alors, je me rattrape. Et je me régale à ressortir de vieux romans plus ou moins aboutis. Et, vous savez, j’adore les publier sur ce site en les retouchant à peine.

En fait, il y aura tellement peu de lecteurs, que je ne risque pas de me prendre la honte. Même si j’espère secrètement qu’il y aura au moins une personne qui se perdra sur mon compte et lira quelques passages. Et, si j’ai un petit commentaire positif alors, cela égaillera ma journée.

J’ai toujours écrit pour moi. Même si parfois je lisais mes romans à ma meilleure amie, la majorité de ma production restait secrète. C’est que j’ai toujours pensé que ce que j’écrivais devait rester confidentiel. En effet, je suis auteure de romans MxM (ou M4M ou BoyxBoy). Bref, des livres qui parlent de garçons qui aiment d’autres garçons. Et comme le fait remarqué l’une des jeunes écrivaines en herbe que j’ai lu sur Wattpad, je me suis toujours trouvée bizarre à cause de cette attirance.

Il n’y a que lorsque je suis venue sur internet et notamment sur Tumblr que j’ai découvert que ce que je rédigeais depuis tant d’années appartenait, en fait, à un genre littéraire en tant que tel. Ce constat m’a soulagé d’un poids. Non, je n’étais pas seule au monde et non, je n’étais pas  une tordue qui aimait des trucs salaces. Et non, toi aussi, chère jeune écrivaine de Wattpad, tu n’es pas une grosse perverse !

Writing Tools

Je ne suis pas psy pour donner des explications à cet attrait que nous avons pour ce genre de littérature mais, ce n’est pas pire que du Marc Levy ou un truc du type de « 50 nuances de Grey « !!!  Eh oui, les gens, nous sommes NORMALES !

Vous avez pu lire dans ce blog que j’ai été très loin pour pouvoir alimenter ma production avec des données réalistes sur la vie des gays. Je ne le conseille à personne. C’est trop perturbant sur le plan émotionnel. Les lectures et l’imagination suffisent bien après tout.

Alors, tremblez puritains et bigots, j’ai dans mes archives de quoi alimenter mon compte durant des mois 🙂  Vive le genre M/M et vive l’écriture !

Et si vous voulez me lire, vous me trouverez là –> https://www.wattpad.com/user/Jul_Vernier

Le mec virtuel, quelle plaie !

Quoi ? Même pas un petit « Je t’aime ». Rien. Quand tu sais qu’il a lu ton dernier message il y a des heures et qu’il te fait mariner depuis (au mieux) ou qu’il t’ignore complètement vaquant tranquillement à ses autres occupations (le plus probable). Non, comme il dit « franchement tu te poses trop de questions Jul ! » Oui, c’est ça ! Et où tu songes de plus en plus à te dégoter une mignonne qui t’écriras des mots doux et n’oubliera pas de te souhaiter une bonne journée le matin. Oui, parce qu’un mec virtuel (même Bi) ça n’écrit pas plus qu’un mec réel en fait. Oui, parce qu’un mec virtuel ce n’est pas un mec de rêve, c’est juste un mec réel qui n’est juste PAS LA. Et même un mec virtuel potentiellement écrivain ça n’écrit pas plus. Dans tous les cas, les hommes se foutent complètement de ces petites attentions qui font nos jours et rendent plus douces nos nuits. Quand les mecs te font juste chier en réalité.

19245081.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le seul truc que tu peux faire avec ton mec virtuel faute de lui arracher réellement les yeux, c’est d’imprimer sa pic et la découper consciencieusement en millions de confettis histoire de te soulager (un peu). Mais bon, deux minutes plus tard,  tu fais le pied de grue devant son blog ou son mur Facebook faute de pouvoir le faire devant sa porte. Non franchement rien n’arrive véritablement à te calmer.

Et puis tu t’imagines des trucs. Les pires. Tu hais déjà ces « bitches » qui « like » son dernier message sur Facebook (que tu n’as pas vraiment bien compris parce que t’es toujours autant une brêle en anglais) et tu t’imagines qu’il se trouve avec l’une (ou l’un) d’entre elles roucoulant bien physiquement. Et mettant en pratique tous tes conseils de drague, fier de sa toute nouvelle confiance gagnée grâce à toi. Bref, ces pensées toxiques te foutent gravement les nerfs. Et en fait, rien n’apaise la rage que tu sens monter en toi à mesure que les heures passent.

Il faut juste te rendre à l’évidence : il te manque cruellement. Tu l’aimes vraiment. Ta passion, elle, n’a rien de virtuelle et elle te fait souffrir bien factuellement. Oui, parce que le mec virtuel est aussi cruel que le mec réel. Et toi, tu as l’air aussi hystérique numériquement que tu peux l’être physiquement. Plus le temps passe, plus les mauvaises pensées t’assaillent comme de balancer sur le net une de ses « hot pics ». Mais bon, tu n’en fais rien (un truc trop définitif à ne réserver qu’en dernière limite).  Et tu te détestes de réagir comme ça car tu constates que tu ne vaux, toi non plus, pas mieux dans ce monde que dans l’autre. Ce monde n’est pas le monde des rêves, c’est juste une vague copie du vrai trafiquée sous photoshop. Ce n’est rien que le reflet déformé de tes sentiments, de tes actes et de tes pensées. Ce n’est qu’une réalité diminuée qui te désespère autant que ce qui est.

Hier, tu croyais que tu avais une vie plus belle ici. Aujourd’hui , elle n’ajoute que des douleurs supplémentaires à celles qui encombrent déjà ton esprit et ton cœur. Et tu ne peux que te rendre à l’évidence : le mec virtuel est aussi chiant que le réel.

PS : Quand en finissant ton billet, tu reçois juste un court message te disant qu’il est malade aujourd’hui et qu’il préfère lire un bon bouquin plutôt que de  te parler… Tu n’as plus qu’à te pendre, à écrire un livre ou à publier cette « fucking hot pic » sur un site BDSM juste histoire de rigoler (ou pas).

Avant d’entendre ta voix

J’ai toujours cette photo de toi, là sur mon écran. Une photo peut-être truquée. Une image de toi, réductrice sans doute, menteuse peut-être. L’image n’est rien qu’une virtualité de plus. Elle n’a pas plus de vie que nos mots échangés en DM. Tu as peur de me parler. Tu as peur de cette intimité là. Car, il y aura un peu de vie qui pénétrera, qui transpercera la froideur du réseau. Je ne connais pas d’avance mes réactions. Je serai sans doute intimidée, surprise mais, je serai plus proche de la vérité. Mais, sans y être réellement (ou complètement).

2014-06-10 10.12.14

J’ai autrefois voulu rencontrer des gens que j’avais connu sur Facebook. Autant, je n’avais pas été déçue lorsque je leur avais parlé au téléphone, autant j’avais déchanté lors que je les avais rencontrés en chair et en os. C’est pourquoi, maintenant, je préfère décliner lorsque que des connaissances du net souhaitent m’inviter à des manifestations dans la vraie vie. En fait, j’ai autant peur qu’ils me jugent que de les juger moi même. Alors, je reste mystérieuse.

Donc, aucune inquiétude à avoir. Aucun risque que je ne t’idéalise plus après ça (tout comme tu m’idéalises sans doute de ton côté). Tu me dis que tu as peur de prononcer certains mots. Ne t’inquiète pas non plus. Je ne suis pas certaine de pouvoir les dire de mon côté. Ou alors en m’étranglant (de rire). Je pense que nous aurons seulement une aimable conversation. J’aurais déjà fort à faire pour te comprendre et essayer de sortir une phrase censée avec mon accent à couper au couteau. Donc, aucun risque que cela ne dérape.

Je ne sais si j’ai de réels sentiments pour toi. Je sais seulement que je me sens mal les jours où je ne te parle pas. Je sais seulement que ma vie serait plus triste sans toi. Je sais aussi que tu ne veux pas être mon rayon de soleil. Mais, que tu le veuilles ou non, tu es une petite lumière qui perce mes volets clos. Juste la vie qui entre dans ma chambre pour me réveiller alors que j’étais endormie.

Quand tu cherches une fin à ton roman

tumblr_o5yjj9Z0FG1reqcgco1_540

Alors qu’épuisée par tant de jeux de rôles si décevant, Sophie se décida enfin de suivre le conseil de Théo et d’aller sur Second Life.

Là, après avoir revêtu l’avatar qui lui collait parfaitement, elle commença un voyage dans ce monde étrange et fascinant. Curieusement, elle s’y sentait parfaitement dans son élément. Elle était un homme ici. Il n’y avait plus aucun doute pour qui que ce soit.

Elle avait l’adresse de la maison de Théo. Elle s’y rendit sans peine traversant des lieux incroyables juste nés de l’imagination des «autres». Devant le portail cossu, elle hésita un instant. De quoi son aimé pouvait-il avoir bien l’air dans ce monde ? Elle entendait des bruits de rires d’enfants qui venaient d’un coin de l’immense jardin. Sans doute les enfants adoptés dont il lui avait parlé.

Elle sonna enfin, montrant sa tête à la caméra.

  • C’est Sofian !
  • Enfin, je t’attendais !  Répondit une voix masculine.

Elle aima de suite cette voix grave et douce. Le portail s’ouvrit automatiquement et elle s’avança dans l’allée goudronnée. Elle atteignit peu de temps après la demeure où Théo l’attendait sur le palier. Comment se pouvait qu’il soit aussi beau que dans ses rêves. Les deux avatars tombèrent immédiatement dans les bras l’un de l’autre.

  • Je t’ai tant attendu mon amour !
  • Tu es magnifique !

Les deux amoureux entrèrent ensuite dans la maison richement décorée d’oeuvres d’art de toutes nature.

  • J’adore ta maison. Souffla Sofian en retirant son perfecto et en découvrant son buste musclé moulé dans un T-shirt noir.
  • C’est beaucoup de travail mais, j’aime bien le résultat. Sourit Théo.
  • Quand tu disais que tu vivais ici bourgeoisement, c’était encore loin de cette réalité !
  • Il ne manquait plus que toi mon sexy boyfriend. Fit le jeune homme en s’asseyant à califourchon sur les genoux de son amant.
  • Oh baby, je suis si heureux d’être là…

Les deux amants s’enlacèrent de façon très sensuelle. Sofian glissant une main sous le tee-shirt griffé de son partenaire avant de la faire cheminer jusqu’à l’entrée de ses fesses brûlantes…

STOOOOOPPPPPP !

Franchement c’est quoi cette fin délirante ? Alors, voilà on baisse les bras. On laisse tout s’enliser dans une virtualité sans fin. Ce n’est pas digne de Sophie. Elle mérite mieux que ça ! Un véritable Happy End.

Quand vient le temps de la vérité…

tumblr_np8gpoHSUL1r8bta4o1_540

Ma jolie petite poupée, j’ai bien joué avec toi le temps d’un moment d’été. Mais cette nuit est la dernière et je n’aurais aucun regret.

Les idioties je les fais toujours l’été, c’est une saison de tristesse pour moi (Summertime sadness). Une saison où je sombre dans un spleen éternel comme une malédiction qui reviendrait à chaque solstice.

J’ai été avec toi bien plus loin qu’avec n’importe qui d’autre dans cet autre monde. J’ai ressenti des sensations vraies dans notre relation virtuelle.  Mais, je ne regrette rien. Je t’avais prévenu. Tu étais adulte et consentant.

Je t’avais prédit aussi la fin de cette belle histoire. Je t’avais dit qu’il n’y aurait pas de “happy end” mais juste milles larmes comme dans une tragédie antique ou un drame shakespearien.

N’oublie jamais que tu es une belle personne dedans et aussi dehors. Ne laisse personne te dire le contraire. Tu trouveras certainement quelqu’un qui verra en toi, ce que j’ai vu moi. Et cette personne sera très heureuse dans tous les cas. J’ai eu beaucoup de fierté t’avoir été ton “maître” virtuel. J’ai eu aussi tellement de joie de ressentir encore un instant le battement de mon coeur dans mon corps d’invisible.

A cette heure, je me sens si pathétique et triste. Je sais bien que c’est la fin. Maintenant, alors qu’ayant peu dormi et à bout de force, je t’ai jeté mes derniers secrets, je sais que rien ne sera plus comme avant. Mais, je ne pouvais pas tenir plus longtemps. Même si la nuit je mens (comme dirait Bashung), je ne mens jamais pour de mauvaises raisons. Je mens pour savoir qui je suis. Je mens pour trouver la vérité.

Internet est une bénédiction car il nous qui nous fait vivre mille vies. Mais, il  est aussi capable de nous les reprendre aussitôt. Tout peu s’effacer d’un “unfollow”. Tous ces moments incroyables peuvent disparaître ainsi dans la nuit froide du droit à l’oubli (pardon Prévert).

Je n’aurai que ce que j’aurai mérité, c’est une fatalité et c’est ma vie. Les amours internet ont la saveur salée et les fins amères des amours d’été. On s’écrira une fois ou deux, on s’oubliera en moins de deux.